Galette saucisse

 

Savait-il ce que c’était que de rompre, lui qui me disait de prendre mon mal en patience ? Avait-il une vague connaissance de la douleur, l’anesthésiste amateur de mes tourments intérieurs ? De sa bouche jaillissait au fil des jours de sinistres japonais « Yaka, Taka, Onaka »… « Y’a qu’a l’oublier », « Y’a qu’à faire le deuil », « On a qu’à dire qu’une de perdue, dix de retrouvées… » Trois kamikazes fondant sur ma tristesse, pour la réduire en charpie, comme s’il était désormais important de se reprendre, de présenter un visage affable, joyeux. Mais important aux yeux de qui, sinon aux yeux de cet ami qui n’en pouvait plus de me voir effondré ?

Je crois que j’ai tout essayé pour ne plus penser à elle.
J’ai regardé des conneries à la télé. Ce fut facile d’en trouver.
J’ai profité des bras ouverts de mes copines, et savouré leurs câlins. Une ou deux ont remis mes mains à de justes places, car il semblerait que la détresse me poussait à d’étranges dérapages sur leur fessier. (soupir) J’ai passé de nombreuses soirées à des terrasses de café avec des inconnus, des tas de gens, même des cons. Surtout des cons, comme ça vu mon état, pour une fois je ne m’énervais pas, sauf quand on me demandait pourquoi j’avais les yeux rouges… « c’est parce que je fais de la conjonctivite, et OUI TOUT VA TRES BIEN !!!!!!!!! »
Mais le nec plus ultra du lâcher-prise, le master class de la compensation, le césar du grand soulagement fut une invitation au stade rennais, dans la tribu des supporters. Avec cette amie, j’ai hurlé à m’en briser la voix, contre l’équipe adverse, contre l’arbitre, enfin bon, je n’y comprenais rien, mais c’était bon, cet instant animal, dense. Cette foule.

La souffrance, on la repousse, et on la fuit. Mais n’est-elle pas le revers du besoin d’amour ? Deux forces opposées, entrainant une roue de fortune qui nous conduit, bon gré mal gré, dans les chemins cabossés de la vie.
Ce jour-là, au stade rennais, j’ai eu la sensation d’être pleinement à ma place. Hurlant ma douleur.
Mais en route.

 



texte précédent